Original Research

Evolution des flores et de la végétation Tertiaires en Afrique, au nord de PEquateur

E. Boureau, M. Cheboldaeff-Salard, J. -C. Koeniguer, P. Louvet
Bothalia | Vol 14, No 3/4 | a1180 | DOI: https://doi.org/10.4102/abc.v14i3/4.1180 | © 1983 E. Boureau, M. Cheboldaeff-Salard, J. -C. Koeniguer, P. Louvet | This work is licensed under CC Attribution 4.0
Submitted: 31 October 1983 | Published: 06 November 1983

About the author(s)

E. Boureau, Laboratoire de Paleobotanique, Université de Paris VI, France
M. Cheboldaeff-Salard, Laboratoire de Paleobotanique, Université de Paris VI, France
J. -C. Koeniguer, Laboratoire de Paleobotanique, Université de Paris VI, France
P. Louvet,, France

Full Text:

PDF (3MB)

See Updates


Share this article

Bookmark and Share

Abstract

La repartition de la flore Tertiaire en Afrique, três différente de l’actuelle, se comprend si on tient compte de deux facteurs essentiels: la regression des mers épicontinentales vers le nord et la dérive du continent africain. II en résulte qu’á l'Eocêne inférieur, l’équateur se trouvait á environ 1 000 km au nord de sa position actuelle. Ces modifications aboutissent á des transformations importantes de l’environnement climatique et par consequent de la repartition des flores.

Cela explique notamment la presence d’une mangrove en Libye avec Sonneratioxylon aubrevillei et en Egypte avec Nipa burtinii.

La forêt dense est présente dans le Paléocêne du Tinrhert avec Entandrophragmoxylon normandii (comparable á l’actuel  Entandrophragma angolense). Les formations de foret dense, développées á l’Eocêne, surtout sur le rivage, sont suivies plus au sud, d’une savane qui s’étend davantage á I’Oligocêne et qui peut atteindre la mer.

Cependant, on trouve encore en bordure de mer á l’Oligocêne, des espêces de forêt dense comme Entandrophragmoxylon magnieri (comparable á  Entandrophragma candollei) espêce qui avoisine des dépóts deltaiques avec de grands troncs qui indiquent une flore plus sêche (Detarioxylon aegyptiacum, Combretoxylon bussonii et Pterocarpoxylon tibestiense (rapproché du Pterocarpus erinaceus de savane), mais parfois accompagnée de troncs de forêt-galerie (Atherospermoxylon aegyptiacum, Monimiacée).

Au Miocene, l’assechement continue et la savane progresse. Les Palmiers apparaissent et des galeries forestieres subsistent, mais même á proximité de la mer, le biotope est sec au Miocene inférieur dans le Nord de l’Afrique. Ce n’est que vers le sud que la végétation hygrophile apparait au niveau du Tibesti avec Myristicoxylon vincentii.

Ainsi. prês de la position présente de l’Equateur, la mangrove se retrouve au Sénégal dans le Paléogêne du Cap-Vert avec des pollens de Rhizophoracées. Sonneratiacées, Avicennia et Nipa (Spinizonocolpites) et la forêt dense subsiste dans sa position actuelle entourée d’une savane.


Keywords

No related keywords in the metadata.

Metrics

Total abstract views: 990
Total article views: 3112


Crossref Citations

No related citations found.